Loading

Gael Roulleau : Agriculteur Bio

En Europe de l’Ouest et notamment en France, durant les soixante dernières années, l’agriculture bio est progressivement passée d’une position marginale à une position centrale de société. L’agriculture conventionnelle a su répondre au besoin de volumes de production dont avait besoin l’Europe.

L’agriculture Biologique fait son entrée dans la grande Histoire

Aujourd’hui, par la pression des « citoyens-consommateurs » de nombreux agriculteurs commencent à repenser leur métier. Les crises agricoles successives liées à la baisse des prix des principales denrées agricoles accentue ce phénome de refonte de la pensée agricole.

Courant 2008, anticipant la nécessaire évolution de la PAC, les pouvoirs publics ont amorcé une évolution en introduisant l’éco-conditionnalité.

Durant la fin du 20e siècle, deux tendances se dessinent chez les agri-bio : un mouvement agricole lié aux activités économiques qui approvisionnent les producteurs en intrants plus respectueux de l’environnement et conformes aux valeurs paysannes (la méthode Lemaire-Boucher, basée sur l’utilisation d’une algue calcaire, le lithothamne) et un mouvement associatif d’agriculteurs et de consommateurs (Nature et Progrès).

En France, les principaux courants se sont initialement développés dans l’Est autour de la biodynamie, dans l’Ouest avec la méthode Lemaire-Boucher et dans le Sud avec Nature et Progrès. Outre Demeter, certains d’entre eux étaient plus spécialement reliés à Bio Suisse, d’autres à la Soil Association au Royaume-Uni.

Le développement de l’agriculture biologique

Le développement de l’agriculture biologique connaît un essor avec l’émergence de nouveaux courants d’idées et de changements sociologiques importants (résistance à la société de consommation, prise de conscience des limites des ressources de la planète et crise pétrolière) à l’approche des années 70. Cependant, le marché BIO reste confidentiel jusqu’à la fin du 20e siècle. Au début du 21e siècle, le marché BIO s’organise et les consommateurs répondent favorablement aux offres du marché.

Cependant, les agriculteurs français se trouvent de plus en plus déconnectés de l’attente des « consommateurs-citoyens » et ont du mal à accompagner l’évolution de la société civile.

Le Coup de tonnerre de 2020, la balance commerciale agricole devient négative en France après plusieurs décennies de solde positif. Il va de soi que pour exemple : exporter du blé à 150 € la tonne et importer du quinoa à 2500 € la tonne pose un problème de marge.

Plus d’information sur Gael Roulleau